Les chaires de recherche : Culture – Patrimoine

CULTURE-PATRIMOINE : atouts et singularités de l'Université Paris Ouest

Située près de la Seine, sur le campus de Nanterre où se prépare le musée de la BDIC, non loin de La Défense et de son musée à ciel ouvert, l'université Paris Ouest a dès sa création mis en place des formations ouvertes sur le territoire, et contribué au renouvellement national et international des méthodologies en sciences humaines et sociales dans le domaine de la culture, du patrimoine et des arts: histoire de l'art, théâtre, cinéma, esthétique, archéologie, préhistoire, histoire et sociologie de la culture, ethnologie et ethno-musicologie...

L'implantation sur le site de la MAE Maison de l'Archéologie & Ethnologie René Ginouvès,  de la BDIC Bibliothèque de documentation internationale et contemporaine et du Théâtre Pierre-Marie Koltès, le développement des Presses universitaires de Paris Ouest et l'ouverture de la Maison Max Weber ont renforcé ces orientations.

Le laboratoire d'excellence Les Passés dans le Présent (histoire, patrimoine, mémoire) et la ComUE Paris-Lumières ont noué des partenariats universitaires avec le CNRS, la Bibliothèque nationale de France, le Centre Pompidou,  le Musée du Quai Branly, le musée de l'archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye et le Louvre.

La Chaire Culture-Patrimoine s'inscrit dans le contexte de toutes ces spécificités qui contribuent au dynamisme et à l'originalité de l'université Paris Ouest dans le paysage universitaire de la Région Ile-de-France et du Grand Paris.



OBJECTIFS DE LA CHAIRE

• Identifier et solliciter les acteurs économiques potentiellement demandeurs et ceux qui seraient susceptibles de devenir partenaires des recherches produites au sein de notre Université dans le domaine de la culture et du patrimoine, compris au sens large.

• Soutenir la mise en place de formations internationales, de cursus bi- ou pluri-disciplinaires permettant une meilleure expertise dans le domaine des métiers de la culture, du patrimoine  au moment de la mondialisation.

• Inscrire cette réflexion dans le cadre des partenariats de l’Université avec d’autres organismes culturels et patrimoniaux, tels que les musées ou les théâtres. Ces pistes pourront être explorées, à l’échelon local (ville de Nanterre, quartier de La Défense), départemental, régional, national, européen et international et pourront interroger les possibilités d'un fonctionnement sur plusieurs échelles, en croisant l'étude des fonds, des collections, des oeuvres et du patrimoine in-situ avec les nouveaux modes de présentation offerts par les musées virtuels ainsi qu'avec une réflexion sur les performances.
AXES ET PROGRAMMES :

Trois axes sont en cours de définition en dialogue avec des fondations privées françaises ou étrangères, des partenaires publics et muséaux, et les enseignants-chercheurs et les étudiants de l'université :

• l'axe "Seine" qui répond à l'ancrage territorial de l'université, détient une signification historique dans le domaine de la Culture, et correspond aux perspectives d'aménagement du Grand Paris: les partenariats existants sont d'ailleurs ceux des musées des bords de la Seine, ouvrant sur les échanges artistiques transatlantiques et internationaux ;

• l'axe "Marché de l'art" est une thématique permettant de solliciter les collectionneurs et les maisons de vente, et de nouer des liens entre art, droit, culture et économie ;

• l'axe "Projets spécifiques" proposés par des chercheurs, à travers les composantes de l'université (labex, département, labo, UFR, ED), en interne OU par les financeurs (« sur commande »), avec un mode de sélection des projets sur le modèle du Labex.
UN EXEMPLE : L'AXE "MARCHE DE L'ART"

La chaire "Culture et patrimoine" est également tournée vers le marché de l'art et doit permettre de :

• produire une synergie de recherche pluridisciplinaire et internationale, en lien direct avec les acteurs privés. Le marché de l'art ne peut être compris qu'en décloisonnant la recherche académique : cette chaire sera la première plateforme française à faire dialoguer les chercheurs en sciences sociales et les professionnels du marché.

• favoriser la formation et l'insertion professionnelles des étudiants sur le marché de l'art, en développant des partenariats avec les acteurs privés (maisons de vente, galeries, fondations d'entreprises, secteur de l'entrepreneuriat culturel et créatif).

• diffuser les savoirs acquis auprès du grand public, grâce à une médiation culturelle concertée entre l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense et les professionnels du marché de l'art : création d'expositions physiques ou virtuelles, valorisation du patrimoine.

CONTACT

Ségolène Le Men, Professeur d'Histoire de l'art à l'université Paris Ouest
EA 4414, Histoire des arts et des représentations

Mis à jour le 30 mai 2016